Musee de la porcelaine

Porcelaines ! & Le service à dessert «à vues de Suisse»

Porcelaines !

La porcelaine réalisée à Nyon de 1781 à 1813 a réellement fait son entrée au musée en 1947, lors de la grande exposition organisée par Edgar Pelichet, le conservateur de l’époque. Il avait réuni au château de Nyon nombre de pièces prestigieuses, la plupart issues de collections privées. Dès cette date, la porcelaine ancienne de Nyon sera présentée au château de manière continue, mais avec, à quelques exceptions près, des objets souvent modestes. La présentation permanente sera remodelée une première fois au début des années 1990, et après les travaux de rénovation du château de Nyon entre 1999 et 2006, un étage entier était dévolu à la mise en valeur de la porcelaine.

Quatorze ans plus tard, vous êtes conviés à découvrir une manière différente de présenter ces précieuses céramiques, dans un parcours qui s’inspire des derniers travaux menés dans ce domaine par Roland Blaettler, ancien conservateur de l’Ariana. Quant aux pièces exposées, elles sont dans leur grande majorité – à l’exception de celles provenant du legs de Julie Monastier, en 1940 – le fruit de legs et d’achats datant de ces dernières années. On y trouve ainsi des objets provenant d’anciennes collections prestigieuses : de Cérenville puis Bischoff, Martinet puis Burnier, Golay, Nicolet, Mottu, Salmanowitz ou Marcuard puis Dunant, tous prêteurs lors de l’exposition de 1947.

Toutes ces porcelaines, en mains privées à l’époque, n’avaient pu être vues que pendant le mois que dura l’exposition: grâce à leur récente acquisition – dictée par les dernières recherches dans le domaine et par une politique d’acquisition précise – elles sont désormais accessibles au public le plus large et illustrent mieux que jamais la véritable palette de la porcelaine de Nyon, qui ne se résume pas, loin s’en faut, à des services à thé ornés de bleuets.

Parmi les chefs-d’œuvre exposés, on relèvera par exemple un service à bouquets rouge et or à la manière chinoise et trois fantastiques jardinières ornées de singes qui avaient été acquis à l’époque de la manufacture par les ancêtres des derniers propriétaires à qui ils furent achetés, respectivement en 2013 et 2014: les Cuénod et les Grand d’Hauteville. Il faut souligner ici combien souvent le soutien des Amis des Musées de Nyon fut déterminant pour ces achats. 

Le service à dessert "à vues de Suisse"

En 1804, Alexandre Brongniart, récemment nommé directeur de la manufacture de porcelaine de Sèvres, près Paris, fit expédier, sur ordre de Napoléon, un vaste service à dessert offert en cadeau diplomatique au Landamman Nicolas Rodolphe de Watteville, le chef d’Etat de la République helvétique. La petite histoire dit que ces porcelaines étaient un remerciement pour des vaches laitières offertes en cadeau par la République helvétique pour la laiterie de Joséphine Bonaparte ; il est clair qu’un tel présent dépassait de loin la valeur de quelques vaches et que des raisons autrement politiques déterminaient ce présent.

Cet ensemble composé de 106 pièces, dont 72 assiettes, avait la particularité d’être décoré de paysages – ici diverses vues de Suisse – qui couvraient l’entier des pièces, une nouveauté imaginée par Brongniart et dont c’est ici l’un des premiers exemples connus. Le côté exceptionnel de ce service est renforcé par le fait qu’il est parvenu à nous dans sa quasi intégralité, à 13 pièces près – ces dernières étant conservées depuis 1900 au Musée historique de Berne. Il en a souvent été tout autrement pour ces grands services «à paysages», qui, au cours du temps, ont été divisés et dispersés.

Bien des artisans furent appelés à travailler à ce service, modeleurs, tourneurs, peintres et doreurs. Les diverses vues furent réalisées par quatre ouvriers de la manufacture, à savoir Martin Drölling, Jaques François Joseph Swebach, Jean-François Soiron et Christophe Ferdinand Caron. Ces paysages sur porcelaine reprennent des gravures publiées entre 1780 et 1786 dans le grand ouvrage intitulé Tableaux de la Suisse, ou Voyage pittoresque fait dans les XIII cantons et états alliés du Corps Helvétique par le baron de Zurlauben, officier suisse à la cour de France.

Le choix des sujets évoque une Suisse pittoresque où la part belle est faite aux montagnes et aux glaciers, aux cascades et aux torrents, aux rivières et aux lacs en montrant aussi les principales villes helvétiques, mais également des lieux représentatifs, comme une des demeures de Jean-Jacques Rousseau ou des ruines romaines. Les deux glacières, servant à conserver des mets au frais, sont naturellement décorées de vues de glaciers, et on a joint à cet ensemble des coupes portant les écussons des différents cantons, souvent récemment créés. Cet ensemble exceptionnel a été conservé jusqu’à nos jours dans la descendance de Nicolas Rodolphe de Watteville et est présenté ici pour la première fois au public dès le 25 septembre 2020 au Château de Nyon. 

Ces spécimens de valeur et bien d’autres pièces exceptionnelles seront dévoilés au public à partir du 25 septembre 2020 au Château de Nyon.

 

AUTOUR DE l'EXPOSITION

De la terre plein les doigts

Atelier à faire en famille. 12.- CHF par participant.

Dimanche 27 septembre. Dès 6 ans. Durée 1h30

> Sur inscription

Visite guidée de l'exposition

Visite offerte dans la cadre des Dimanches Gratuits des musées de Nyon

Dimanche 4 octobre, 1er novembre et 6 décembre à 16h

> Sur inscription

Fragile 

Atelier d'écriture Lémancolie par Héloïse Pocry, inspiré par les porcelaines, les 15 et 22 octobre, de 18h30 à 20h30 (inscription à choix à un ou deux ateliers). Gratuit, dès 15 ans.

> Sur inscription



© 2014 chateaudenyon.ch - created by iomedia